CONNAISSANCES  SOCIALES

Ce mot désigne un ensemble d'informations caractéristiques des droits, des devoirs, des règles, procédures, etc... COMMUNES, en application dans tous les quadricyber de la Cyberhumanity.

La plupart sont des informations QUANTIFIÉES, qui permettent de fabriquer une représentation de l'ensemble des quadricyber , qui est une courbe correspondant à la répartition en pourcentage de la population représentée.

 Les principales caractéristiques d'une de ces courbes sont : valeur moyenne, valeur au maximum, coefficient de dispersion, valeur pour 50% de la population, valeur pour 5% de la population à droite de la courbe, valeur pour 5% de la population à gauche de la courbe, etc...

Toutes ces courbes permettent de déterminer les niveaux de compétences potentiels, de leur évolution effectuée.

C'est un CONSTAT de la réalité présente.

Ces données permettent de prédire les capacités possibles dans le futur proche.

La finalité de cette activité importante pour la Cyberhumanité est la connaissance, qui caractérise celle-ci.

ACTION  VALEURS  CONSCIENCE

Une action est faite par un Humain.

Les Valeurs associées sont explicitées dans le site ' hommecybernetique '.

Les Valeurs néguentropiques sont :

- CONSCIENCER

- CONSTRUIRE

- CONTINUER

 Le verbe d'action ' consciencer ' signifie qu'un Humain doit augmenter ses connaissances, ses savoirs et ses savoir-faire, tout au long de sa vie, pour évoluer, dans le but de pouvoir s'adapter rapidement aux nouvelles situations existant sur la Terre et dans l'Espace, et de pouvoir s'intégrer à son équipe, en évolution permanente, dans le but de participer aux réalisations engagées par le SOCIÉCYBER dans lequel vit l' Humain agissant.

Le verbe d'action ' construire ' signifie qu'un Humain vivant dans son équipe, doit participer à la construction des outils, des machines, des aménagements du/des territoires, etc... qui sont nécessaires aux activités des institutions LOGISTIQUES ( construction, mode de vie, maintenance ) en fonction des compétences existantes au moment de la décision d' ENGAGEMENT.

Le verbe ' continuer ' signifie qu'un Humain dans une situation psychologique difficile, doit s'autosuggestionner à rester en vie, à améliorer sa santé, pour rester opérationnel dans l'équipe.

Associées aux Valeurs précédentes, les Valeurs anti-entropiques :

- anti- DÉTRUIRE

- anti- POLLUER

- anti- GASPILLER

- anti- ESCLAVAGER

Le verbe ' détruire ' signifie que l' Humain casse complètement l'objet, l'outil, la machine, etc... sans pouvoir réutiliser les matériaux résultants, autre que de les mettre dans une décharge. Ou une forêt qui permet alors une érosion de la terre, etc...

Le verbe ' polluer ' devrait avoir deux préfixes pour différencier : la pollution produite par un être vivant, car il mange et il produit des déchets, et l'autre type de pollution, produite par les Humains par leurs activités de transformation et de production de matériaux, par l'utilisation de produits chimiques en grande quantité et de grande concentration. Ces produits résultants changent localement ou globalement la constitution de la terre, de l'eau et de l'air en surface de la Terre. Les CONSÉQUENCES sont connues, sur une longue période de temps l'environnement sera trop toxique pour la continuation de l' espèce humaine.

Le verbe ' gaspiller ' signifie que l'action entrain de se réaliser utilise plus de matériaux que nécessaires. Ils vont alors dans la catégorie précédente, avec une conséquence néfaste, qui est d'avoir travailler inutilement pour obtenir le résultat voulu.

Le verbe ' esclavager ' signifie qu'un Humain fait faire par un autre Humain, ce qu'il doit faire lui-même, pour lui-même. Une institution est esclavagiste lorsqu'elle prend pour elle un pourcentage du résultat du travail d'un Humain, ou d'un groupe d'Humains.

TEMPS  DURÉE  DATE

        AGENDA , PLANNING , FEUILLE-de-ROUTE ,  EMPLOI-du-TEMPS

                                            25-02-2018
Le mot ' TEMPS ' désigne une notion abstraite, incompréhensible, ni même observable, que la conscience est capable de représenter, plus précisément se représenter par la comparaison de quelques images mémorisées au cours de l'observation d'un phénomène.

Cette constatation des changements entre deux situations observables spatialement, associée à la capacité de mémoriser les différences simplifiées par la cogitation, permet d'inventer la notion de 'temps'. L'observateur statique 'voit' passer le 'temps'.

 

RÉALITÉ

Ce mot désigne une notion qu'un petit pourcentage d' Humains peut appréhender.

Aucune compréhension n'est nécessaire autre que celle de comprendre ce qui est écrit dans ces lignes, sur cette page de papier ou d'écran, sur le site internet, par l'auteur.

Selon la méthode cybernétique le cybernaute lecteur doit fabriquer dans sa conscience la représentation que l'auteur essaie de transmettre. Ce n'est pas lui le fabriquant.

 Pour que le cybernaute puisse entrevoir cette notion, son niveau d'évolution doit avoir dépasser le niveau de : AVOIR CONSCIENCE de sa CONSCIENCE .

A ce moment là son Esprit se réorganise pour que ses savoirs acquis et mémorisés correctement, soient d' un accès facile et rapide.

Cette capacité lui donne une impression d' abstraction, comme s'il se sentait "planer" au dessus de ce qu'il observe. Couramment exprimée par " il se sent capable de dominer le monde ".

Cette impression existe aussi en fermant les yeux. Preuve que c'est un réalité existante dans la conscience.

Au cours de l'évolution de "cet" Humain vers la période dite " sagesse ", cette représentation augmente puis passe en 3D.

A partir d'un certain moment il " voit " l' Univers comme de l'énergie de densité variable dans cet espace infini, qui produisent des phénomènes observables par les télescopes, qui permet de " voir " que la Terre tourne autour du Soleil, qui envoie de l'énergie dans son rayonnement, qui au contact de la matière à la surface de celle-ci produit de la matière vivante, qui s'organise selon les propriétés d'assemblage des atomes, qui constituent des chaînes qui s'assemblent pour construire les êtres vivants.

Un de ces animaux a évolué au cours des 3 derniers millions d'années pour devenir l' HOMME que nous connaissons.

Ces quelques phrases décrivent la RÉALITÉ, que les Humains sont capables de comprendre.

Honnêtement cette Réalité n'est qu'une infime partie de la RÉALITÉ de l' UNIVERS.

La notion représentée par la mot " réalité " est placée dans les principes.

MOUVEMENT

Ce mot désigne une notion, en relation avec d'autres principes, qui est observable par un Humain.

Un Humain qui voit un autre Humain se déplacer, c'est-à-dire qu'il voit celui-ci à un endroit dans le spaceV commun, puis quelques instants après, il le voit à un autre endroit. Ces deux endroits sont différents car l'observateur peut caractériser chacun de ces endroits par la constatation de repères différents.

 Un cas évident lorsque l'Humain vient vers l'observateur, celui-ci voit l'autre grandir, puis le sentir par contact de sa peau lorsqu'il est preès de lui dans son spaceV.

Cela est désigné par le mot mouvement.

Cette notion est placée dans les principes.

UNIVERS et CHAMPS  GRAVITATIONNELS

Ce mot désigne une notion qui résulte en partie des autres principes explicités ici.

Le cybernaute sait que l'Univers est constitué d'énergie. Or l'observation à l'oeil nu ou avec des télescopes montrent que l'Univers est vide de lumière.

En quelques points un point lumineux, appelé étoile, nous envoie un rayon de lumière.

Une étoile se caractérise par de l'énergie de forte concentration, constituée de matière de forte densité enveloppée par des gaz à très haute température.

 Cette grande quantité de matière produit un effet qui s'appelle GRAVITATION.

Ce n'est pas un phénomène, mais au contraire elle produit des phénomènes.

Dans des circonstances favorables un corps qui se déplace près d'une étoile, le capte pour le satelliser.

Ce phénomène indique que le corps cosmique qui se déplace sur une trajectoire quasi droite, que celle-ci se transforme en une trajectoire courbe en approchant de l'étoile.

L'explication est connue par " attraction gravitationnelle ".

Cette situation est générale dans l'Univers.

A ce titre la notion de " gravitation " est considérée comme un principe.

La raison en est que tous les Humains subissent et vivent dans cette situation.

Un tout petit pourcentage a conscience de cette situation.

ÉQUIVALENCE

Ce mot désigne la notion abstraite : résultat de même niveau d'efficacité pour une ou plusieurs caractéristiques qui caractérisent partiellement les deux entités en comparaison.

La description de cette notion est complexe. Elle donne une idée de la difficulté d' appréhension, et de compréhension.

Cette notion est mise dans les hyperconcepts, et plus simplement comme un principe.

 Pour les cybernautes connaisseurs l' égalité démontrée par le savant Einstein E=mc2 , correspond à l'équivalence de l'énergie observable sous deux natures différentes : la statique et la dynamique.

La preuve est fournie par le systèmeV humain, constitué d'énergie, l'une est de la matière fabriquées avec des atomes : la chair, les muscles, qui en se déplaçant et en soulevant des poids produisent un travail, qui peut être fait que par la consommation de l'énergie potentielle contenue dans le corps. La quantité d'énergie avant est plus petite que celle qui reste après.

L'énergie potentielle existant dans le corps est équivalente à celle transformée en travail.

Un exemple quotidien est la consommation d'essence pour se déplacer avec une automobile.

Cette notion est fondamentale pour cogiter correctement dans les limites de compréhension d'un Humain normal.

Cette contrainte prise en compte par le locuteur rend son discours cohérent.

ÉNERGIE

Le mot " énergie " désigne une notion qu'aucun Humain n'a vu ni touché.

Ce mot est dans la catégorie des hyperconcepts , dans laquelle les notions les plus abstraites sont placées.

Ce mot est complémentaire des mots : concept , métaconcept , superconcept , qui regroupent les mots d'un même niveau d'abstraction.

Le mot concept désigne un mot qui représente une généralité d'objets. Par exemple le mot arbre produit la venue dans la conscience d'une "préforme", qui se précise avec les adjectifs qui permettent de caractériser l'objet.

 Cette caractérisation dépend du niveau de connaissance de l'interlocuteur. La phrase courte : un arbre avec des glands, détermine rapidement le chêne.

Depuis les acquis de la science au XX siècle, le mot énergie désigne cette notion qui ser répartie en différentes natures, qui constituent tout l'Univers et tout ce que nous voyons et ne voyons pas dans celui-ci.

L'égalité du savant EINSTEIN E=mc2, est en faite une équivalence entre l'énergie statique et l'énergie dynamique.

Les Humains sont constitués d'atomes, c'est-à-dire d'énergie, de différentes natures.

Ce développement permet de comprendre le processus universel, qui désigne un 'mouvement' permanent de changement de matière en des espaces différents.

Des explications sont fournies dans le site : hommecybernetique.

Chaque Humain est constitué d'énergie, concrètement appelée atomes.

Dans ce discours le mot énergie est considéré comme un principe.

DUALITÉ

Ce mot désigne une caractéristique générale de la RÉALITÉ qui nous entoure, NOUS les Humains.

Intellectuellement notre Esprit a une difficulté à " passer " du concret à l' abstrait.

Cette prise de conscience se réalise par l' ACTION.

 Pour preuve, en regardant une page blanche tenue dans une main, l'acteur voit de ses yeux un des deux coté de la feuille, concrètement tenue.

La main tourne la feuille, alors les yeux voient une page blanche, exactement comme dans le cas décrit à la phrase précédente.

Dans le langage courant une feuille de papier contient deux pages blanches, qui sont appelées recto et verso.

L'observateur est incapable de savoir, de communiquer à un autre Humain, quelle est la page qui s'appelle recto. C'est possible que si une marque, une tache, un trait existe sur l'un des "cotés" pour différencier le coté 'recto' du coté 'verso'. Il faut identifier chacun des coté pour que l'observateur reconnaisse immédiatement l' "objet". D'où l'importance du langage. Constat évident.

Cette réalité qui existe, existe aussi dans notre conscience, est une abstraction.

Cette abstraction de dualité est d'un "niveau d'abstraction" élevé, car nous n'avons pas la capacité de fabriquer une représentation de cette notion. Actuellement il n'existe pas de représentation mathématique. Au cours de l'évolution de la conscience de quelques Humains, cela deviendra possible dans le futur (peut être!).

Dans la réalité de chaque jour un Humain prononce plusieurs fois le son OUI, et aussi plusieurs fois NON.

C'est une preuve que la notion de "dualité" existe, que chaque Humain utilise sans le savoir, comme la dissymétrie du corps humain qui a un devant et un derrière, de même qu'il possède une symétrie avec son coté gauche et son coté droit, mais aussi l' inversion lorsqu'il se regarde dans un miroir. La langue française ne rend pas compte de ces différents points de vue.

Tous les Humains vivent dans ce contexte. En conséquence de nombreuses incompréhensions en résultent.

La synthèse de ce petit discours est que la notion appelée "dualité" est un principe.

En aparté l'auteur fait la remarque que seulement un petit pourcentage de gens comprennent les mathématiques, qui sont un langage pour représenté les phénomènes qui se produisent dans la réalité. Ils sont la réalité.

La grande majorité des gens comprennent le langage des sentiments, qui ne sont pas quantifiables, donc en conséquence invérifiables.

Le mot 'principe' désigne la catégorie des notions très abstraites, désignées par des mots.